Avez-vous déjà entendu quelqu’un dire « j’ai travaillé jusqu’à 2h du matin c’est vraiment difficile ».

Pensez-vous vraiment qu’une personne normalement constituée soit capable de travailler non stop avec concentration jusqu’à 2h du matin ?

Si la concentration y est, c’est qu’on a affaire à une personne exceptionnelle.

Seulement, ce n’est pas le cas de la majorité. Dans la majorité des cas, il y’a facebook, il y’a les emails, les interruptions, les pauses cafés, les rêveries, les vidéos ; bref, c’est l’art de faire semblant.

En fait, ce qui compte ce n’est pas le temps, mais le temps multiplié par l’intensité.

Par exemple, dans le domaine des échecs, il y’a des jeunes enfants qui sont plus expérimentés que des personnes âgées parce qu’ils s’entrainent sur des logiciels et qu’ils ont fait plus de parties d’échecs en moins de temps.

Mais, la loi de l’intensité ne s’applique pas qu’au travail, faisons un petit tour d’horizon, mais commençons par le travail :

Au travail, le nombre de taches terminées à haute plus-value

Au travail, certaines tâches ont une très grande plus-value – c’est-à-dire qu’elles permettent d’avoir un retour sur investissement plus important- tandis que d’autres sont totalement inutiles et chronophages. Mais ces mêmes tâches chronophages peuvent être beaucoup plus confortables à faire et donner l’illusion de faire quelque chose. C’est ce qu’on appelle : l’art de faire semblant.

Ajoutez-y une tête sérieuse et des râleries de temps à autre, et vous avez obtenu votre diplôme !

Seulement, en faisant cela, vous êtes en train de sacrifier votre seule denrée sur terre : le temps.

Si vous vous posiez la question : quelle intensité ai-je mis dans mes activités d’aujourd’hui ? Est-ce que j’aurais pu faire la même chose en moins de temps ?

Au sport, les muscles renforcés ou le nombre de calories brûlées

Il m’est souvent arrivé de marcher 1h et de me dire avec satisfaction : « ah ! J’ai fait du sport ! »

1h de marche modérée brûle 250 calories, ce qui correspond à la moitié de mon petit déjeûner ;

Si l’objectif est de se maintenir en non-sédentarité, 1h de marche 2 ou 3 fois par semaine est merveilleux. Si l’objectif est de transformer son corps, nous sommes en plein dans l’art de faire semblant.

Alors si vous êtes dans un objectif de transformation du corps, posez-vous la question : quelles activités physiques ai-je fait cette semaine ? Est-ce que leur intensité correspond à mes objectifs ?

La nourriture, la charge glycémique plus que la quantité

Celles qui veulent perdre du poids peuvent parfois être professionnelles dans l’art de faire semblant. Elles peuvent faire attention tout le temps et, « de temps en temps », c’est-à-dire une fois par jour, prendre un aliment à charge glycémique très élevée (comme une barre chocolatée ou un gâteau), ce qui correspond exactement à construire un château de sable et l’écraser brutalement avec son pied.

Admettre que l’on n’est pas vraiment prêt à perdre du poids permet de cesser ce jeu inconscient.

Alors si vous êtes dans un objectif de remise en forme, posez-vous la question : combien d’aliments ultra riches ai-je consommé aujourd’hui ? Suis-je en train de faire semblant ?

Les amis, la qualité de la relation ou lieu du temps

Qu’est ce qu’une relation de qualité ? C’est quand le temps passé avec l’autre vous apporte soit de la connaissance, soit de la joie, soit du bien-être, soit tout en même temps.

Parfois, on peut connaitre une personne depuis peu et se sentir extrêmement bien avec elle, alors qu’on en connait d’autres depuis des années et l’on ressent toujours autant cette sensation de vide.

De même, on peut passer peu de temps avec un ami et se sentir requinqué ; et passer 3 fois plus de temps avec le même ami et se sentir lessivé.

En fait, c’est l’intensité de ce qui doit passer qui importe.

Passer du temps pour passer du temps, c’est l’art de faire semblant.

Alors, vous pouvez vous poser la question suivante : avec qui ai-je passé le plus temps cette semaine ? Qu’est ce que ça m’a apporté ? Etait-il nécessaire de passer autant de temps pour ressentir le même bien-être ?

L’information ciblée plutôt que l’information au kilo

Lire beaucoup de livres, lire beaucoup, c’est stylé ! Regarder des documentaires, des magazines, avoir des choses à raconter, c’est bien.

Mais la vraie question, c’est : en quoi cette information est liée à ma trajectoire de vie ?

Parfois, on peut discuter pendant des heures d’un sujet pour lequel on est simplement en train de brasser du vent : personne n’avance sur rien, ça n’apporte aucune joie.

Alors question : quelles informations ai-je ingurgitées cette semaine ? Qu’est ce qu’elles nourissent comme projet ?

Qu’y at-il derrière l’art de faire semblant ?

Pourquoi fait-on semblant ? On s’en rend bien compte parfois qu’on fait semblant. Mais pourquoi ? Derrière l’art de faire semblant, il y’a tout simplement la peur du vide.

Si je remplissais d’intensité tout mon temps, tout serait fini assez rapidement et après il y n’aurait plus… rien.

Un remède possible à la peur du vide est de lister l’intégralité des choses que l’on souhaiterait faire jusqu’à la fin de sa vie. Le fait d’avoir une visibilité sur plusieurs années peut pousser à l’action.

Mais alors on peut se dire : mais j’ai tout mon temps, et puis finalement si je ne fais pas ce qui est écrit ce n’est pas très grave.

Auquel cas, la seule question à se poser c’est : combien de temps ai-je l’intention de continuer à faire semblant de vivre ?